//Francis Giudice

Francis Giudice

Ce n’est pas l’appareil qui est à l’origine d’une photographie, ni même la scène qui apparait au travers du viseur, mais l’esprit du photographe et c’est là que l’image est créée, bien avant d’être enregistrée dans la carte mémoire.

Photographe amateur, autodidacte, simple passionné, je suis venu à la photographie par un concours de circonstance, besoin d’une thérapie en quelque sorte, la photo m’a apporté tout cela. Et donc, fin 2010, je me décide de faire l’acquisition de mon premier boîtier, je n’avais aucune base, mis à part mon œil attentif à ce que la rue me proposait.

C’est mon principal terrain de jeu, cette rue, chère à Doisneau et Cartier Bresson, est un véritable théâtre avec des acteurs différents, prêts à jouer leur acte ou leur scène. J’aime la spontanéité, l’instant décisif. Ancien membre du Collectif Regards Croisés, j’ai participé à différentes expo, ainsi qu’individuellement au le festival Barro, puis dernièrement exposé à la Galerie Rastoll.

La création d’une photographie peut se limiter à la prise de vue ou engager toutes les techniques du processus de fabrication de l’image jusqu’à sa présentation définitive mais rien ne remplacera l’œil, la sensibilité et l’émotion du photographe ainsi, dès que j’ai l’occasion, je déclenche. J’ai appris à observer le travail d’autres photographes et à apprécier.

2018-10-19T10:35:49+00:00